L’information préalable de l’emprunteur lors d’un crédit conso

Demander un prêt constitue toujours une solution à risques. Voilà pourquoi, il faut y réfléchir à deux fois. S’y lancer à l’aveuglette est également une erreur fondamentale. En effet, tout emprunteur doit comprendre les inconvénients et les avantages et aussi comparer plusieurs offres avant de prendre une décision. Notons que chaque prêteur est tenu de fournir à ses clients des renseignements complets et précis. Ainsi, si vous envisagez de souscrire un crédit à la consommation, exigez votre droit à l’information. Voici plus de détails à ce sujet.

Les informations à fournir par le prêteur

L’emprunteur a besoin de connaître la nature et les caractéristiques du crédit auquel il souhaite souscrire afin qu’il puisse définir si l’offre correspond à ses besoins et à sa situation financière. Le prêteur est donc tenu de lui remettre un document qui comporte toutes les informations requises à savoir : le type de prêt accordé, son montant, les conditions de déblocage des fonds, la durée et les modalités de remboursement, les frais de dossier indiqués avec précision en chiffres, les pénalisations pour retard de paiement et le coût global du crédit. Il doit également être informé sur son droit de rétractation qu’il peut exercer dans un délai de 14 jours suivant la date de signature du contrat. L’emprunteur doit aussi connaître le délai de réflexion et enfin l’usage des fonds accordés en cas de demande de crédit affecté. L’identité et l’adresse du prêteur ainsi que son engagement de vous délivrer une copie du contrat doivent aussi figurer dans le document.

D’autres détails à connaître

Vous devez également savoir que le prêteur peut vous obliger à souscrire une assurance. Celle-ci servira à garantir votre solvabilité. Ainsi, en cas d’incident de paiement, c’est votre assureur qui se chargera de rembourser le prêt. Bien entendu, le prêteur est tenu de vous indiquer avec précision le coût de cette garantie. Il faut aussi mentionner que tout emprunteur a le droit de disposer d’un temps de réflexion de 15 jours. Après ce délai, vous pourrez retourner l’offre ou signer le contrat. Dans le cas contraire, le prêteur est en mesure de la modifier en augmentant par exemple le taux d’intérêt. Pour finir, il est aussi en droit d’évaluer votre situation financière. Pour cela, il peut vous demander un justificatif de revenu, une pièce d’identité ou un justificatif de domicile. Il pourra aussi vérifier si vous êtes fiché ou non au FICP (fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers).